Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > Consumption of ultra-processed foods by pesco-vegetarians, vegetarians, and vegans: associations with duration and age at diet initiation

Consumption of ultra-processed foods by pesco-vegetarians, vegetarians, and vegans: associations with duration and age at diet initiation

Consommation d'aliments ultra-transformés par les pesco-végétariens, les végétariens et les végétaliens : liens avec la durée et l'âge au début du régime

Gehring J, Touvier M, Baudry J, et al. Consumption of Ultra-Processed Foods by Pesco-Vegetarians, Vegetarians, and Vegans: Associations with Duration and Age at Diet Initiation [published online ahead of print, 2020 Jul 21]. J Nutr. 2020;nxaa196. doi:10.1093/jn/nxaa196

Traduction du résumé

Contexte

Il existe de plus en plus de substituts industriels à base de plantes à la viande et aux produits laitiers qui peuvent être classés comme aliments ultra-traités (AUT). On sait très peu de choses sur la consommation des AUT par les végétariens.

Objectif

L’objectif de cette étude transversale de la cohorte NutriNet-Santé était de décrire la contribution des AUT à différents régimes végétariens, en relation avec la qualité nutritionnelle de leur alimentation et les déterminants de la consommation d’AUT, y compris la durée et l’âge au début du régime végétarien.

Méthodes

La population étudiée (n = 21 212) a été divisée en 4 groupes : 19 812 mangeurs de viande, 646 pesco-végétariens, 500 végétariens et 254 végétaliens. Les apports alimentaires quotidiens ont été recueillis à l’aide de relevés alimentaires répétés sur 24 heures. Les régimes végétariens ont été décrits par la proportion d’énergie provenant des AUT et la qualité nutritionnelle du régime en utilisant des indices de régime alimentaire à base de plantes sains et non sains (IRAPB). Dans un sous-échantillon sans mangeurs de viande (n = 1 400), un modèle de régression linéaire multivariée a été réalisé pour étudier l’association entre la consommation de AUT et ses déterminants.

Résultats

Un évitement plus important des aliments d’origine animale a été associé à une consommation plus élevée d’AUT (P < 0,001), les AUT fournissant 33,0 %, 32,5 %, 37,0 % et 39,5 % des apports énergétiques des mangeurs de viande, des pesco-végétariens, des végétariens et des végétaliens. La qualité nutritionnelle des régimes a également été associée au niveau d’évitement des aliments d’origine animale (P < 0,001), avec des IRAPB sains de 53,5, 60,6, 61,3 et 67,9 pour les mangeurs de viande, les pesco-végétariens, les végétariens et les végétaliens. La courte durée et le jeune âge au début du régime ont été associés à une consommation accrue de AUT (βâge au début = -0,003, P = 0,001 ; βdurée = -0,002, P < 0,001).

Conclusions

Tous les régimes végétariens ne présentent pas nécessairement des avantages pour la santé, en raison des effets négatifs potentiels des AUT sur la qualité nutritionnelle et la santé du régime alimentaire. La consommation d’AUT par les végétariens et les caractéristiques de leur régime alimentaire devraient être prises en compte dans les futures études sur les liens entre le végétarisme et la santé. Cet essai a été enregistré sur clinicaltrials.gov sous le numéro NCT03335644.