Pourquoi cette remarque est fallacieuse

A venir.

Au 19e siècle, les abattoirs s’appelaient des tueries et le terme équarrissage était réservé aux arbres. Tout a été fait pour déculpabiliser les consommateurs en invisibilisant au maximum la chaine de production de viande.

————————

On reproche souvent aux véganes de tenir un discours culpabilisant. En effet, il y est question de souffrances, d’abus de tous genres, de mise à mort, etc. Ces derniers sont la conséquence d’une production de produits d’origine animale (viande, laitages, œufs, etc).
À travers leurs discours, les véganes ne font que rappeler ces faits :
– Les produits d’origine animale implique une exploitation d’animaux entraînant leur mise à mort
– De nombreuses alternatives existent de nos jours pour remplacer ce type de produit par des marchandises n’engendrant pas de souffrance.
Les faits sont ni discutables ni normatifs, quelque soit la personne qui les expose et quelque soit le sujet dont elles se rapportent. C’est la perception et l’analyse de chacun qui va leur attribuer une valeur, qu’elle soit positive ou négative.

La plupart d’entre nous ressentent de la compassion et de l’empathie face au malheur des autres, humains ou animaux. Ainsi, le sentiment de culpabilité ne naît pas du discours véganes en lui-même mais du fait que ces derniers vivent en cohérence avec leurs principes moraux.

———————————

Ce qui différencie fondamentalement le comportement carniste du comportement antispéciste est la gestion de la culpabilité. Pendant que les premiers rejette la contienne et la minimise par différentes stratégies d’évitement, les seconds agissent directement sur les sources de cette culpabilité.

Traduire la culpabilité : action VS dissonance cognitive

Rejet de la faute : plutôt que de concentrer la faute sur son action, transfert de la faute vers les militant qui mettent en lumière les causes de la faute.
On le voit avec les vidéos : plutôt que de blâmer les mauvais traitements infligés aux animaux, on blâme les vidéos qui les mettent en lumière.
 

Pour aller plus loin

A venir.
 

Notes et références

A venir.
 

Commentaires