Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > Involuntary human exposure to carbamazepine: a cross-sectional study of correlates across the lifespan and dietary spectrum

Involuntary human exposure to carbamazepine: a cross-sectional study of correlates across the lifespan and dietary spectrum

Exposition humaine involontaire à la carbamazépine : une étude transversale des corrélats tout au long de la vie et du spectre alimentaire

Schapira M, Manor O, Golan N, et al. Involuntary human exposure to carbamazepine: A cross-sectional study of correlates across the lifespan and dietary spectrum [published online ahead of print, 2020 Jul 16]. Environ Int. 2020;143:105951. doi:10.1016/j.envint.2020.105951

Traduction du résumé

Les eaux usées traitées (EUT) sont de plus en plus utilisées pour l’irrigation agricole, en particulier dans les régions arides et semi-arides. La carbamazépine est l’un des produits pharmaceutiques les plus fréquemment détectés dans les eaux usées traitées. En outre, son absorption et son accumulation ont été démontrées dans les cultures irriguées avec des eaux usées traitées. Un précédent essai contrôlé a montré que les concentrations de carbamazépine dans l’urine étaient plus élevées chez les volontaires en bonne santé qui consommaient des produits irrigués à l’aide de EUT que chez ceux qui étaient irrigués à l’aide d’eau douce. L’objectif de la présente étude est d’évaluer si la carbamazépine est quantifiable dans l’urine des Israéliens consommant leur régime alimentaire habituel et si les concentrations varient en fonction de l’âge, des caractéristiques personnelles et du régime alimentaire. Dans cette étude transversale, nous avons recruté 245 volontaires, dont un groupe de référence composé d’adultes omnivores en bonne santé âgés de 18 à 66 ans, de femmes enceintes, d’enfants âgés de 3 à 6 ans, d’adultes âgés de plus de 75 ans et de végétariens/végétaliens. Les participants ont fourni des échantillons d’urine ponctuels et ont fait état de leur consommation alimentaire sur 24 heures et de leur consommation alimentaire « habituelle ». Les niveaux de carbamazépine dans les urines ont été comparés en fonction du groupe, des caractéristiques personnelles, des comportements de santé et du régime alimentaire déclaré. La carbamazépine était détectable (≥1.66 ng/L) dans les urines de 84%, 76%, 75,5%, 66% et 19,6% respectivement du groupe de référence, chez les végétariens, les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants. Des concentrations quantifiables (≥5.0 ng/L) de carbamazépine ont été trouvées dans 58 %, 46 %, 36,7 %, 14 % et 0 % de ces groupes respectivement (p = 0,001 pour la comparaison des proportions entre les groupes). Chez les adultes, des concentrations plus élevées de carbamazépine ont été associées de manière significative (p < 0,05) à un végétarisme auto-défini, à la consommation habituelle de produits laitiers et d’au moins cinq légumes/jour, et à l’absence de consommation de viande ou de poisson au cours des dernières 24 heures. Cette étude démontre que les personnes vivant dans une région où l’eau est rare et où l’irrigation avec l’EUT est très répandue sont exposées à la carbamazépine sans le savoir. Les personnes qui respectent les recommandations relatives à la consommation quotidienne de produits frais peuvent être plus exposées aux contaminants dérivés de l’EUT qui suscitent de la préoccupation.