Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > Long-term vegan meditation improved human gut microbiota

Long-term vegan meditation improved human gut microbiota

La méditation combinée à une alimentation végétalienne a amélioré le microbiote intestinal humain à long terme

Jia W, Zhen J, Liu A, et al. Long-Term Vegan Meditation Improved Human Gut Microbiota. Evid Based Complement Alternat Med. 2020;2020:9517897. Published 2020 Jul 5. doi:10.1155/2020/9517897

Traduction du résumé

Objectif

La méditation a été largement utilisée pour le traitement de diverses maladies psychologiques, cardiovasculaires et digestives ainsi que de la douleur chronique. Les régimes alimentaires végétariens peuvent prévenir efficacement l’hypertension, les maladies métaboliques telles que le diabète et l’obésité, et certains cancers. La méditation et les régimes végétariens ont été reconnus comme des composantes d’un mode de vie sain et ont donc attiré davantage de personnes dans le monde entier. La méditation peut aider à réguler l’état de santé général grâce au réseau neural-endocrino-immunitaire. Les changements d’habitudes alimentaires peuvent affecter la composition de la flore intestinale qui, à son tour affecte la physiologie, le métabolisme, la nutrition et la fonction immunitaire de l’homme par le biais de l’axe bactéries-intestin-cerveau. Ici, nous avons cherché à étudier l’effet de la méditation à long terme et du régime végétalien sur la flore intestinale humaine.

Matériels et méthodes

La présente étude a utilisé la technologie de séquençage de l’ADNr 16S pour détecter les différences dans la flore intestinale entre 12 sujets végétaliens sains ayant reçu une formation à la méditation à long terme et 12 sujets omnivores sains n’ayant jamais reçu de formation à la méditation.

Résultats

Les résultats ont montré que, par rapport aux sujets du groupe témoin omnivore en bonne santé qui n’avaient jamais reçu d’entraînement à la méditation, la structure de la flore intestinale des personnes qui ont suivi les pratiques de méditation végétaliennes à long terme a changé de manière significative. L’ensemble des intersections entre les résultats de l’analyse LEfSe et le test de la somme des rangs de Wilcoxon comprend 14 genres bactériens. Ces 14 genres sont définis comme les genres dominants, et la valeur de la AUC était de 0,92 dans la courbe ROC, ce qui démontre que les 14 genres peuvent être utilisés comme biomarqueur pour distinguer les deux groupes. Trois genres de bactéries bénéfiques (Bifidobacterium, Roseburia, et Subdoligranulum) ont été significativement enrichis dans le groupe de méditation avec un seuil de 4, selon les LDA. La prédiction fonctionnelle d’une flore intestinale enrichie de manière différenciée a montré que le métabolisme de la tyrosine, du propionate, de la niacine et de la nicotinamide dans les micro-organismes intestinaux du groupe de méditation était significativement réduit par rapport à ceux du groupe de contrôle, tandis que la biosynthèse des flavones, des alcools flavoniques, de la butosine et de la néomycine, la maturation des ovocytes médiée par les flavonoïdes, les voies protéiques du cytosquelette, ainsi que le traitement et la présentation des antigènes étaient significativement améliorés.

Conclusions

Ces résultats indiquent que la méditation végétalienne à long terme joue un rôle positif dans l’amélioration de l’immunité du corps et l’ajustement des niveaux endocriniens et métaboliques, permettant au corps d’être en bonne santé.