Cette page rassemble les informations utiles aux professionnels de santé sur le sélénium dans l’alimentation végétale. Une synthèse grand public est consultable ici.

Description

Le sélénium est un nutriment essentiel à la santé humaine qui intervient, entre autres, dans la synthèse de plusieurs enzymes anti-oxydantes et dans la stimulation des défenses immunitaires [1][2][3].

La teneur en sélénium des aliments est très variable car elle dépend fortement de la teneur en sélénium du sol. Ainsi, un même aliment aura une teneur en sélénium différente selon son lieu de culture. De plus, le sélénium est présent dans les végétaux sous cinq formes différentes ayant globalement la même activité chimique, chaque végétal accumulant mieux certaines formes que d’autres : le blé, le soja, les noix, etc. sont par exemple plus riches en sélénométhionine alors que les oignons, les choux, etc. sont plus riches en sélénocystéine [4].

Apports nutritionnels conseillés

Synthèse des apports nutritionnels conseillés [5][6] et des apports nutritionnels maximum conseillés [7]. Ces apports sont des références journalières moyennes et peuvent se compenser sur plusieurs jours.

Classes d'âges
conseillé

conseillé

max

max
De 0 à 3 mois
10 µg
10 µg
?
?
De 4 à 12 mois
15 µg
15 µg
?
?
De 1 à 3 ans
15 µg
15 µg
60 µg
60 µg
De 4 à 6 ans
20 µg
20 µg
90 µg
90 µg
De 7 à 9 ans
30 µg
30 µg
130 µg
130 µg
De 10 à 12 ans
45 µg
45 µg
200 µg
200 µg
De 13 à 14 ans
60 µg
60 µg
200 µg
200 µg
De 15 à 18 ans
60 µg
70 µg
250 µg
250 µg
De 19 à 24 ans
60 µg
70 µg
300 µg
300 µg
De 25 à 50 ans
60 µg
70 µg
300 µg
300 µg
De 51 à 64 ans
60 µg
70 µg
300 µg
300 µg
Plus de 65 ans
60 µg
70 µg
300 µg
300 µg
Cas particuliers
conseillé

conseillé

max

max
Activité sportive régulière
?
?
300 µg
300 µg
Grossesse
60 µg
-
300 µg
300 µg
Allaitement
75 µg
-
300 µg
300 µg

En cas de consommation régulière d’alcool ou de tabac, d’obésité, de fracture, d’infection, d’insuffisance hépatique, de dysfonctionnement intestinal ou de traitement médical (chimiothérapie, etc.) ou médicamenteux (antiépileptiques, etc.), il peut être nécessaire de revoir ces apports nutritionnels conseillés. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

Facteurs influençant la biodisponibilité

La capacité d’un aliment à couvrir nos apports nutritionnels conseillés dépend de sa teneur en nutriments mais aussi de la biodisponibilité de ces derniers, c’est-à-dire de la fraction de la quantité ingérée qui sera assimilée et utilisée par l’organisme. Pour augmenter la biodisponibilité des nutriments, il est préférable de favoriser la consommation d’activateurs d’absorption et d’éviter celle d’inhibiteurs.

A venir.

A venir.

A venir.

Meilleures sources alimentaires végétales

Un poster simplifié du tableau ci-dessous est téléchargeable ici. Tous les posters des meilleures sources alimentaires végétales peuvent être consultés et téléchargés ici.

Les aliments présentés ont une teneur moyenne d’au moins 5 % des apports nutritionnels conseillés d’un adulte de 25 à 50 ans sans problème de santé particulier. Ils sont triés par teneur moyenne décroissante pour 100 g d’aliment [8][9][10] et pour 1 litre d’eau [11].

Le sélénium est présent en quantité très faible voir négligeable dans les eaux minérales [12] et dans l’eau du robinet [13], l’eau n’est donc pas une source fiable permettant de contribuer à couvrir ses apports nutritionnels conseillés.

Conseils pratiques

Trois conseils simples pour couvrir ses apports nutritionnels conseillés.

  • Consommez des fruits et des légumes variés : La teneur en sélénium des fruits et légumes varie en fonction de leur lieu de culture et de la forme de sélénium qu’ils accumulent le mieux. Consommer des fruits et légumes diversifiés est un bon moyen de couvrir ses apports nutritionnels conseillés.
  • Consommez des céréales complètes variées : La teneur en sélénium des céréales complètes varie en fonction de leur lieu de culture et de la forme de sélénium qu’elles accumulent le mieux. Consommer des céréales complètes diversifiées est un bon moyen de couvrir ses apports nutritionnels conseillés.
  • Consommez des légumineuses variées : La teneur en sélénium des légumineuses varie en fonction de leur lieu de culture et de la forme de sélénium qu’elles accumulent le mieux. Consommer des légumineuses diversifiées est un bon moyen de couvrir ses apports nutritionnels conseillés.

Fact-checking

Fact-checking d’informations médiatisées sur les limites ou les bienfaits de l’alimentation végétale.

Pourquoi c’est plus compliqué

La noix du Brésil est considérée comme l’aliment le plus pratique pour couvrir ses besoins en sélénium. Elle est en effet très facile à consommer et particulièrement riche en sélénium ayant une bonne biodisponibilité [14][15].

Il est par contre faux de penser que la noix du Brésil est forcément une source fiable et stable de sélénium dans une alimentation végétale. Pour tous les végétaux la teneur en sélénium varie fortement en fonction du lieu de culture et la noix du Brésil ne fait pas exception, sa teneur en sélenium pouvant varier d’un ratio de 1 à 35 [16][17]. Pour palier à cette variabilité, il est recommandé d’éviter de toujours compter sur le même végétal pour couvrir ses besoins en sélénium et de consommer des végétaux variés et d’origines géographiques différentes tout au long de l’année.

De nombreux végétaux, listés dans le tableau des « Meilleures sources alimentaires végétales » ci-dessus, permettent de couvrir les besoins en sélénium. Par ailleurs, attention aux excès de sélénium, de magnésium et de phosphore en cas de consommation régulière de noix du Brésil.

Notes et références

  1. European Food Safety Authority (EFSA), EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA), Scientific Opinion on Dietary Reference Values for selenium, 2014
  2. U.S. Department of Health & Human Services (HHS), National Institutes of Health (NIH), Office of Dietary Supplements (ODS), Selenium
  3. Oregon State University, Linus Pauling Institute, Micronutrient Information Center, Selenium
  4. Oregon State University, Selenium, Sources, Food
  5. Société Suisse de Nutrition (SSN), Valeurs de référence DACH, 2015
  6. European Food Safety Authority (EFSA), Scientific Opinion on Dietary Reference Values for selenium, 2015, page 25 – 28
  7. European Food Safety Authority (EFSA), Scientific Committee on Food (SCF), EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA), Overview on Tolerable Upper Intake Levels, 2018
  8. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), table Ciqual 2017, Sélénium (µg/100g)
  9. United States Department of Agriculture Agricultural Research Service, USDA Food Composition Databases, Selenium, Se (µg) per 100g
  10. Direction générale des produits de santé et des aliments (DGPSA), Fichier canadien sur les éléments nutritifs (FCÉN), Sélénium
  11. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), Évaluation des risques sanitaires liés aux dépassements de la limite de qualité du sélénium dans les eaux destinées à la consommation humaine
  12. Détails des teneurs disponibles sur la page Minéraux dans les eaux minérales
  13. Détails des teneurs disponibles sur la page Minéraux dans l’eau du robinet
  14. Review, Food Research International, Cardoso BR, Duarte GBS, Reis BZ, Cozzolino SMF, Brazil nuts: Nutritional composition, health benefits and safety aspects, 2017
  15. The American Journal of Clinical Nutrition, Thomson CD, Chisholm A, McLachlan SK, Campbell JM, Brazil nuts: an effective way to improve selenium status, 2008
  16. Chemosphere, Silva Junior EC et al., Natural variation of selenium in Brazil nuts and soils from the Amazon region, 2017
  17. Plants, Leonardo W. Lima et al., Selenium Accumulation, Speciation and Localization in Brazil Nuts (Bertholletia excelsa H.B.K.), 2019