Définitions de termes régulièrement utilisés en nutrition et sur ce site.

Indicateur mesuré à partir d’un groupe d’individus aux besoins relativement homogène (tranches d’âges, femmes enceintes, femmes allaitantes, sportifs, etc.) qui correspond à la quantité de nutriments nécessaire pour maintenir des fonctions physiologiques et un état de santé normaux.

Indicateur calculé à partir du besoin nutritionnel moyen (BNM) d’un groupe d’individus auquel est ajouté deux écarts-types (représentant le plus souvent chacun 15% de la moyenne des besoins réels).

L’ANC est donc supérieur d’environ 30% à la moyenne des besoins réels des individus composant les groupes d’individus de la population étudiée (moyenne qui ne couvre les besoins que de 67,5 % de ces individus) et correspond à la quantité de nutriments nécessaire pour couvrir les besoins de 97,5 % de ces individus.

Cet indicateur ne doit pas être pris comme une norme à imposer individuellement. Il s’agit plutôt d’une référence pour atteindre un bon état de nutrition qui limite le risque de carences, les déséquilibres ou les excès au sein d’un groupe d’individus. La référence à la journée doit être nuancée et l’équilibre sur une période aussi courte n’est pas strictement nécessaire et peut être établi sur plusieurs jours voire plusieurs semaines.

Indicateur mesuré à partir d’un groupe d’individus aux besoins relativement homogène (tranches d’âges, femmes enceintes, femmes allaitantes, sportifs, etc.) qui correspond à la quantité de nutriments à ne pas dépasser pour minimiser les risques d’effets secondaires négatifs.

Cet indicateur ne doit pas être pris comme une norme à imposer individuellement. Il s’agit plutôt d’une référence à ne pas dépasser pour atteindre un bon état de nutrition qui limite le risque de carences, les déséquilibres ou les excès au sein d’un groupe d’individus. La référence à la journée doit être nuancée et la limite sur une période aussi courte n’est pas strictement nécessaire et peut être observée sur plusieurs jours voire plusieurs semaines.

Indicateur calculé utilisé en tant que référence pour l’étiquetage des produits alimentaires.

La VNR correspond à la moyenne des besoins en vitamines et minéraux couverts pour un adulte-type moyen de la population étudiée. Cet indicateur donne une lisibilité rapide des qualités nutritionnelles d’un produit mais est une approximation simplificatrice moins précise que l’apport nutritionnel conseillé (ANC) car il ne prends en compte qu’un seul groupe d’individus.

L’index glycémique est la capacité d’un glucide d’un aliment à élever la glycémie durant les deux heures qui suivent l’ingestion par rapport au glucose pur, le standard de référence auquel on attribue l’indice 100.

Il permet de comparer des portions d’aliments contenant le même poids de glucide en indiquant à quelle vitesse le glucose de chaque aliment se retrouve dans le sang.

La charge glycémique d’un aliment s’obtient en multipliant son index glycémique par la quantité de glucides d’une portion de cet aliment, puis en divisant par 100.

Par exemple, la purée de pomme de terre à un index glycémique de 90 et 100 g contiennent 22,5 g de glucides. La charge glycémique de la purée de pomme de terre est donc de (90 x 22,5)/100 = 20,2. Cela signifie que consommer 100 g de purée de pomme à le même impact sur la glycémie que de consommer 20,2 g de glucose pur.

Si la charge glycémique d’un aliment est inférieure ou égale à 10 elle est considérée comme basse, si elle est comprise entre 10 et 19 elle est considérée comme modérée et si elle est supérieure ou égale à 20 elle est considérée comme élevée.