Cette page rassemble les informations utiles aux professionnels de santé sur la vitamine B12 dans l’alimentation végétale. Une synthèse grand public est consultable ici.

 

Description

Cet article se poursuit avec celui sur la complémentation en vitamine B12.

La vitamine B12 est un nutriment essentiel à la santé humaine qui intervient, entre autres dans le bon fonctionnement du cerveau et du système nerveux, la formation des globules rouges et la réplication de l’ADN [1].

Exclusivement synthétisée par des micro-organismes et exclusivement apportée par les produits d’origine animale, elle englobe un ensemble de quatre composés appartenant à la famille des cobalamines :

Cyanocobalamine
Forme active stable
Hydroxocobalamine
Forme active instable
Méthylcobalamine
Forme active instable
Adénosylcobalamine
Forme inactive

Le cycle entéro-hépatique et un stockage hépatique permettent à l’organisme de constituer des réserves pour trois ans en moyenne, mais ces réserves sont très variables d’un individu à l’autre. Les végétariens (dont les apports sont limités aux produits laitiers et aux œufs) et surtout les végétaliens sont exposés à plus ou moins long terme au risque de carence en vitamine B12, la complémentation est donc nécessaire pour les végétariens et les végétaliens.

 

Apports nutritionnels conseillés

Synthèse des besoins quotidiens en vitamine B12 pour les végétariens et les végétaliens [2] et des apports nutritionnels maximum conseillés [3].

Les besoins quotidiens en vitamine B12 sont majoritairement couverts par la complémentation chez les végétariens et entièrement couverts par la complémentation chez les végétaliens, leurs apports nutritionnels conseillés en vitamine B12 diffèrent donc de ceux des personnes ayant une alimentation carnée [4][5][6].

.
Besoins
quotidiens
Complémentation
quotidienne minimum
Complémentation
hebdomadaire minimum
Apports nutritionnels
maximum conseillés

Classes d’âges
♀ ♂
♀ ♂
♀ ♂
♀ ♂
Moins de 4 mois
4 – 12 mois
1 – 3 ans
4 – 6 ans
7 – 9 ans
10 – 12 ans
13 – 14 ans
15 – 18 ans
19 – 24 ans
25 – 50 ans
51 – 64 ans
65 ans et plus
0,3 µg
0,4 µg
0,5 µg
0,8 µg
1 µg
1,2 µg
1,2 µg
1,5 µg
1,5 µg
1,5 µg
1,5 µg
1,5 µg
X µg
X µg
X µg
410 µg
X µg
X µg
X µg
10 µg
10 µg
10 µg
10 µg
10 µg
X µg
X µg
X µg
X µg
X µg
X µg
X µg
900 µg
900 µg
900 µg
900 µg
900 µg













Cas particuliers
♀
♀
♀
♀
Allaitement
2 µg
60 µg
1250 µg


En cas de consommation régulière d’alcool ou de tabac, d’obésité, de fracture, d’infection, d’insuffisance hépatique, de dysfonctionnement intestinal ou de traitement médical (chimiothérapie, etc.) ou médicamenteux (antiépileptiques, etc.), il peut être nécessaire de revoir ces apports nutritionnels conseillés. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

Il n’y a pas de syndrome clinique connu attribuable à un surdosage en vitamine B12.

(source)
 

Facteurs influençant la biodisponibilité

La capacité d’un aliment à couvrir nos apports nutritionnels conseillés dépend de sa teneur en nutriments mais aussi de la biodisponibilité de ces derniers, c’est-à-dire de la fraction de la quantité ingérée qui sera assimilée et utilisée par l’organisme. Pour augmenter la biodisponibilité des nutriments, il est préférable de favoriser la consommation d’activateurs d’absorption et d’éviter celle d’inhibiteurs.

Les activateurs d’absorption
Pas d’activateurs d’absorption significatifs.
Les inhibiteurs d’absorption
Analogues.
A venir.
Autres
Pas d’autres facteurs significatifs.
 

Meilleures sources alimentaires végétales

L’immense majorité des végétaux ne contiennent pas de vitamine B12 [7][8][9] et, pour les rares qui en contiennent (nori, ao-nori, spiruline, etc.), il s’agit de forme inactive non assimilable par notre organisme.

Les végétariens (dont les apports sont limités aux produits laitiers et aux œufs) et surtout les végétaliens sont exposés à plus ou moins long terme au risque de carence en vitamine B12, la complémentation est donc nécessaire pour les végétariens et les végétaliens.

 

Conseils pratiques

A venir.

 

Fact-checking

Pas encore d’information fact-checkée pour ce nutriment.

 

Notes et références

  1. Gilland JC, Le Moel G., Cahier de formation en biologie médicale n°38 – Les vitamines, Vitamine B12, Bioforma, 2007, p. 163 – 175.
  2. UK Department of Health, Dietary Reference Values – A Guide, 1991, p. 29, Table 12 – Dietary Reference Values for Vitamin B12 µg/d
  3. European Food Safety Authority (EFSA), Scientific Committee on Food (SCF), EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA), Overview on Tolerable Upper Intake Levels, 2018
  4. Ces apports sont effectués par plusieurs petites doses au court de différents repas et collations chez les personnes ayant une alimentation carnée. La complémentation apporte elle une unique dose journalière, hebdomadaire ou bi-hebdomadaire.
  5. Société Suisse de Nutrition (SSN), Valeurs de référence DACH, 2015
  6. European Food Safety Authority (EFSA), Scientific Opinion on Dietary Reference Values for cobalamin (vitamin B12), 2015, page 23 – 38
  7. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), table Ciqual 2017, Vitamine B12 (µg/100g)
  8. United States Department of Agriculture Agricultural Research Service, USDA Food Composition Databases, Vitamin B-12, µg per 100g
  9. Direction générale des produits de santé et des aliments (DGPSA), Fichier canadien sur les éléments nutritifs (FCÉN), Vitamine B12