Pourquoi cette remarque est fallacieuse

Cette remarque découle d’un acte de mauvaise foie visant à couper court à la discussion en l’orientant brutalement dans une impasse. La personne qui fait cette remarque sait que ce qu’elle dit est infondé et elle sait que vous avec conscience qu’elle le sait. En effet, cette remarque n’est basée sur rien de tangible. Personne n’a jamais vu une plante souffrir et aucune expérience, de la préparation quotidienne du repas jusqu’aux plus prestigieuses revues scientifiques n’a jamais permis d’aboutir à une telle conclusion, ni même à un indice qui viendrait donner un peu de crédit à cette thèse.

Elle envoie donc le signal qu’elle est prête à se ridiculiser et à renier tout ce qu’elle soit de la biologie et de ses milliers de préparation de repas pour ne rien concéder. C’est l’aveu qu’une croyance est tout ce qui lui reste.

Cette remarque est donc fallacieuse car……..

 

Pour aller plus loin

Conformément à ce qui est prévu par la théorie, il n’existe, dans l’état actuel des connaissances, aucun exemple de souffrance des plantes dans la littérature scientifique.

sans rentrer sur le fait que : 1/ c’est a eux d’apporter la preuve ou que 2/ les carnistes mangent plus de plantes
dissonance cognitive majeur
tout le monde sait bien que les végétaux ne souffrent pas
ceux qui disent ça mangent eux même des végétaux
ridicule
c’est une remarque hautement disqualifiante
Personne ne se soucie jamais, et avec raison, du devenir des poivrons, carottes et autres végétaux, sauf face à quelqu’un qui défend les animaux, notamment en refusant de les manger.

cri carotte
Comme si le fait que je sois un vegan imparfait remettait en cause le véganisme en tant que mode de vie.
l’argument ad hominem

L’association International d’Étude de la Douleur (IASP) définit la douleur comme « une sensation et une expérience émotionnelle désagréable en réponse à une atteinte tissulaire réelle ou potentielle ou décrites en ces termes »
Si les plantes sont effectivement capables de percevoir les lésions et les agressions extérieures, on a pour l’instant aucune preuve d’activité émotionnelle et subjective chez les plantes.

Une plante n’est pas sentiente, il n’y a pas quelqu’un (un sujet individualisé au niveau physique, biologique et psychique) qui sent et qui ressent. Seul un être sentient possède une valeur propre irréductible à nos intérêts : celle qu’il accorde à ses propres expériences vécues à la première personne (ce qui lui arrive lui importe) et à sa vie au caractère à la fois unique et irremplaçable. Si vous souhaitez tout de même préserver les plantes qui n’ont aucun intérêt et ne peuvent subir aucun dommage, soyez d’autant plus végétaliens qu’il faut jusqu’à 15 kg de végétaux pour produire un seul kg de viande.

Ces mécanismes sont des mécanismes de communication intercellulaire qui n’ont rien de plus complexe qu’une réaction inflammatoire de mammifère, qui n’a rien de conscient.

Aucune étude scientifique sérieuse n’a jamais décelé la moindre trace de souffrance chez les plantes

Actuellement, les plantes ne sont donc pas reconnues comme des êtres pouvant éprouver des émotions et une capacité à souffrir. La capacité à souffrir des animaux a par contre été clairement et scientifiquement établie par la Déclaration de Cambridge de 2012.

certaines plantes se défendent:
http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S1677-04202002000200001&script=sci_arttext&tlng=pt
https://link.springer.com/article/10.1007/BF01637240
http://www.plantphysiol.org/content/96/1/44.short

Les plantes n’ont pas de conscience : https://www.cell.com/trends/plant-science/fulltext/S1360-1385(19)30126-8

souffrent peut être, en science et en droit on part de l’hypothèse de l’absence tant qu’il n’y a pas de preuve.
 

Notes et références

A venir.
 

Commentaires