Pourquoi cette remarque est fallacieuse

Cette remarque découle d’une confusion entre le caractère descriptif (qui relève du culturel) et prescriptif (qui relève des besoins physiologiques) du terme « carnivore ». En effet, si ce terme désigne les animaux qui consomment plus ou moins régulièrement de la viande [1] et s’applique donc aux humains mangeant de la viande même occasionnellement, il n’implique en rien que ces animaux doivent en consommer.

Les animaux carnivores pour qui la viande est nécessaire sont les carnassiers, c’est-à-dire les animaux qui se nourrissent exclusivement ou presque exclusivement de viande [2]. Les humains ne sont pas des carnassiers, ce sont des omnivores car, physiologiquement parlant, ils sont capables d’assimiler des nutriments provenant indifféremment d’aliments d’origine animale ou végétale [3]. Par ailleurs, même lorsqu’ils mangent de la viande deux fois par jour, les humains tirent la majeure partie de leurs nutriments des végétaux.

Cette remarque est donc fallacieuse par son angle culturel et non physiologique. Les humains peuvent consommer de la viande mais cela n’implique pas qu’ils doivent en consommer.

 

Pour aller plus loin

Cette remarque reste fallacieuse sous l’angle phylogénétique, la classification scientifique qui regroupe les êtres vivants selon leurs liens de parenté, établis selon des critères anatomiques, physiologiques et comportementaux.

Ainsi, l’ordre des carnivores (Carnivora) regroupe un peu plus de 280 espèces de mammifères [4] qui partagent des caractéristiques communes au niveau du squelette, de la denture, de la physiologie, du régime alimentaire et du système reproductif [5]. Le détail de ces caractéristiques seraient bien trop long à exposer ici, mais il faut retenir que l’humain, qui appartient lui à l’ordre des primates, ne possède aucune des caractéristiques spécifiques aux carnivores (Carnivora) : paire de dents carnassières, squelette lourd, membres griffus, enzymes spécifiques, etc.

Il est important de préciser que même les animaux appartenant à l’ordre des carnivores (Carnivora) n’ont pas tous un régime alimentaire carnivore ! On peut par exemple citer le renard roux qui a une alimentation omnivore ou encore le panda géant qui a une alimentation strictement herbivore.

Cette remarque reste donc fallacieuse sous l’angle phylogénétique car l’humain appartient à l’ordre des primates et non des carnivores (Carnivora) et que même le fait d’appartenir à l’ordre des carnivores (Carnivora) n’implique pas nécessairement d’avoir une alimentation carnée.

 

Notes et références

  1. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRT), définition de carnivore
  2. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRT), définition de carnassier
  3. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRT), définition de omnivore
  4. BMC Biology, Katrin Nyakatura, Olaf RP Bininda-Emonds, Updating the evolutionary history of Carnivora (Mammalia): a new species-level supertree complete with divergence time estimates, 2012, Background
  5. Johns Hopkins University Press, Kenneth D. Rose, The Beginning of the Age of Mammals, 2009, chapitre 8 : Creodonta and Carnivoria

 

Commentaires