Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > Prevalence and psychopathology of vegetarians and vegans – results from a representative survey in Germany

Prevalence and psychopathology of vegetarians and vegans – results from a representative survey in Germany

Prévalence et psychopathologie des végétariens et des végétaliens - résultats d'une enquête représentative en Allemagne

Paslakis G, Richardson C, Nöhre M, et al. Prevalence and psychopathology of vegetarians and vegans – Results from a representative survey in Germany. Sci Rep. 2020;10(1):6840. Published 2020 Apr 22. doi:10.1038/s41598-020-63910-y

Traduction du résumé

L’objectif de l’étude était d’examiner la prévalence du végétarisme et du végétalisme et les attitudes à leur égard. Nous avons également évalué l’association entre le végétarisme/végétalisme et les troubles alimentaires, la dépression et les symptômes somatiques. Une enquête transversale utilisant un questionnaire a été réalisée en Allemagne auprès d’adultes, représentatifs en termes d’âge, de sexe et de niveau d’éducation. Les données de 2449 adultes (53,5% de femmes) ont été incluses. L’âge moyen était de 49,6 ans (ET 17,1). Au total, 5,4 % des participants ont déclaré suivre un régime végétarien ou végétalien. Si la majorité des participants s’accordent à dire que les régimes végétariens sont sains et inoffensifs (56,1 %), seuls 34,8 % d’entre eux estiment que c’est le cas des régimes végétaliens. La majorité des participants pensent également qu’un régime végétarien (58,7 %) ou végétalien (74,7 %) peut entraîner une carence nutritionnelle. Le sexe féminin, l’âge plus jeune, l’éducation supérieure, un indice de masse corporelle (IMC) plus bas et des symptômes de dépression et de troubles alimentaires plus importants ont été associés au végétarisme/véganisme. Nous n’avons pas constaté d’augmentation des plaintes liées au physique dans le groupe des végétariens/végétaliens. Nos résultats indiquent une prévalence modérée du végétarisme/végétalisme dans la population générale. Nos conclusions suggèrent que les professionnels de la santé devraient garder à l’esprit les troubles alimentaires et le statut affectif lorsqu’ils traitent avec des personnes qui choisissent un régime alimentaire végétarien/végétalien.