Accueil > Ressources santé > Questions fréquentes > Les canines sont-elles utiles dans une alimentation végétale ?

Les canines sont-elles utiles dans une alimentation végétale ?

Qu’est-ce qu’une canine ?

Les canines sont des dents pointues, plus ou moins saillantes selon l’espèce, situées entre les incisives et les molaires (ou prémolaires).  Leur morphologie en fait des dents très résistantes et contribuent à l’adaptation de l’animal à son environnement et à ses possibilités alimentaires[1].

Rôle dans l’alimentation

Les canines sont particulièrement adaptées pour la mastication des aliments les plus robustes (la viande, les noix, les légumes crus, les pommes, etc.) mais ne sont pas spécialisée dans la mastication d’un seul aliment en particulier. Il en est de même pour toutes les autres parties du corps : qu’il s’agisse des pattes, des oreilles ou des canines, ce sont simplement des outils mis à disposition pour réaliser des tâches variées.

Autres rôles

Au-delà de l’alimentation, les canines ont chez certains mammifères un rôle passif dans la mastication et sont surtout utiles comme outils ou marqueurs sociaux.

Par exemple, les singes se nourrissent entre autres de fruits à coque et peuvent utiliser leurs canines comme outils pour ouvrir ceux les plus solides. Chez les mâles de certaines espèces (gorilles, geladas, etc.), tout comme les plumes chez les paons mâles, les canines peuvent également avoir différents rôles de marqueurs sociaux liés au statut de dominant et à l’accouplement[2].

Enfin, chez certains mammifères, les canines sont un héritage de lointains ancêtres et n’ont ni un rôle dans la mastication ou l’accès à la nourriture ni des rôles sociaux. Chez les chevaux,  28% des juments (les bréhaignes) et 30% des ânesses naissent avec des canines qu’elles ne sont pas censé avoir. En effet, seul les mâles en sont pourvus et s’en servent lors d’affrontement avec des rivaux.

Utilité des canines chez l’être humain ayant une alimentation végétale

Nos canines nous permettent de manger une grande variété d’aliments qu’elle soit d’origine animale ou végétale, mêmes les plus robustes et ainsi diversifier un maximum notre alimentation. En effet, nous nous en servons aussi bien pour manger de la viande ou croquer dans une pomme.

Notes et références

  1. Actualités Odonto-Stomatologiques (AOS), Numéro 245, Mars 2009, La canine humaine. Seconde partie : La canine des Hommes et des autres Primates. Biologie du développement
  2. Revue d’Orthopédie Dento-Faciale, Volume 44, Numéro 1, Mars 2010, La canine, définition de La canine humaine : évolution et signification adaptative, page 9 – 15