Accueil > Ressources santé > Questions fréquentes > Peut-on être en bonne santé sans « manger de tout » ?

Peut-on être en bonne santé sans « manger de tout » ?

Un "tout" assez flou

Il est important de préciser ce que désigne ce « tout ». En effet, s’il peut faire référence à l’ensemble des aliments qui peuvent composer une alimentation équilibrée ou à l’ensemble des nutriments dont notre organisme à besoin, il est généralement utilisé pour désigner « tout ce qu’on mange d’habitude ».

Cela change beaucoup de choses car les différents composants de l’alimentation carnée traditionnelle ne composent pas forcément une alimenta

Les aliments

Les aliments sont l’ensemble des substances susceptibles de fournir aux êtres vivants les éléments nécessaires à la vie : les nutriments. Toute substance comestible dont la digestion nous permet d’assimiler des nutriments est donc un aliment. L’humain étant omnivore, il peut tirer des nutriments de la digestion de substances d’origine végétale et animale.

En fonction de sa culture et de son lieu de vie, on ne consomme qu’une très petite partie des aliments disponibles :

  • Concernant les végétaux, il existe plus de 300 000 variétés de plantes, dont un peu plus de 5 500 utilisées actuellement dans le monde pour l’alimentation humaine (1). Notre alimentation au quotidien ne comporte qu’une toute petite fraction de ces 5 500 variétés.
  • Concernant les animaux, c’est encore plus frappant. Seule une infime quantité d’espèce est élevée, pêchée et chassée pour l’alimentation humaine. On estime que 8,7 millions d’espèces animales peuplent la Terre et un peu plus d’1,2 millions d’espèces sont déjà décrites et répertoriées (2). Les mammifères, oiseaux, poissons, reptiles ne représentent que 47 200 à 65 000 espèces, et les humains n’en consomment pas le centième.

Globalement, nous ne voyons comme consommables qu’une toute petite partie des plantes et animaux comestibles. En ce sens, la frontière entre les aliments que nous consommons et ceux que nous ne consommons pas est avant tout culturelle (3).

Cela fait que si vous habitez en France, il est fort probable que vous n’ayez jamais mangé certains aliments qui font pourtant partie des plus produits au monde : manioc, sorgho, igname, millet, etc. Et les insectes et les algues sont assez peu présents dans les assiettes européennes. De nombreux autres facteurs (prix d’achats, contraintes de production, de transport et de saisonnalité, difficultés de conservation, goûts, traditions, allergies et intolérances, croyances religieuses, etc.) viennent renforcer le fait que personne ne mange de tous les aliments.

Quelle que soit son type d’alimentation, on ne consomme qu’une très petite partie des aliments. Une alimentation végétale n’inclue plus certains aliments d’origine animale mais en inclue d’autres d’origine végétale.

Les nutriments

Les nutriments sont l’ensemble des composés nécessaires à la vie. Il est donc nécessaire d’avoir des apports adéquat en tous les nutriments pour être en bonne santé. Concernant les nutriments, il faut donc bien « manger de tout ».

Cela dit, bien que les nutriments soient généralement apportés par l’alimentation, il faut bien différencier les aliments de leur composition en nutriments. En effet, pour être en bonne santé, l’humain n’a pas besoin d’aliments spécifiques mais bien de nutriments spécifiques. Ainsi, on peut couvrir ses apports en tous les nutriments sans pour autant manger de tous les aliments.

Prenons l’exemple de la vitamine C. La vitamine C est essentielle à la santé, mais les oranges sont essentielles à la santé. En effet, les oranges ne sont qu’une source de vitamine C parmi d’autres : poivrons, fraises, choux, brocoli, kiwi, etc. Ainsi, il est tout à fait possible de couvrir ses besoins en vitamine C sans consommer tous les aliments qui en contiennent. Il en est de même pour l’ensemble des autres nutriments qui peuvent tous provenir de sources différentes.

Une alimentation végétale équilibrée et complémentée en vitamine B12 permet donc de manger de tous les nutriments sans manger de tous les aliments.

Notes et références

(1) rapport de 2016 du Kew Royal Botanic Gardens
https://stateoftheworldsplants.org/2016/

2 https://journals.plos.org/plosbiology/article?id=10.1371/journal.pbio.1001127

3 https://www.lemonde.fr/societe/article/2013/02/28/on-ne-mange-pas-indistinctement-tous-les-animaux_1840761_3224.html