Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > Restrained eating and vegan, vegetarian and omnivore dietary intakes

Restrained eating and vegan, vegetarian and omnivore dietary intakes

Restrictions alimentaires et apports alimentaires d'une alimentation végétalienne, végétarienne et omnivore

Brytek-Matera A. Restrained Eating and Vegan, Vegetarian and Omnivore Dietary Intakes. Nutrients. 2020;12(7):E2133. Published 2020 Jul 17. doi:10.3390/nu12072133

Traduction du résumé

Il existe un nombre important d’études sur la restriction cognitive chez les personnes ayant des habitudes alimentaires variées. Bien que la plupart des recherches aient révélé que les végétariens font état de niveaux de restriction cognitive plus élevés que les non-végétariens, de nombreuses études ont fourni des résultats incohérents. L’objectif de la présente étude était donc d’évaluer les différences entre les groupes ayant des habitudes alimentaires différentes en matière de restrictions cognitives et d’autres troubles de l’alimentation. Le deuxième objectif était d’examiner les déterminants de la restriction cognitive chez les personnes suivant un régime végétalien, un régime végétarien et un régime omnivore. Deux cent cinquante-quatre participants ayant des habitudes alimentaires variées ont rempli le questionnaire sur l’alimentation à trois facteurs, le questionnaire sur la pensée persévérante et le questionnaire sur les habitudes alimentaires. Nos résultats ont indiqué que les groupes végétariens et végétaliens ont montré une retenue cognitive, une alimentation émotionnelle et une alimentation non contrôlée significativement plus faibles que ceux qui ont suivi un régime omnivore. En outre, ces deux groupes suivant un régime à base de plantes ont montré davantage de cognitions, de comportements et de sentiments liés à une attention extrême portée à une alimentation saine (orthorexie mentale) que le groupe suivant un régime omnivore. Aucune différence significative n’a été constatée entre les groupes en ce qui concerne la pensée persévérante. Les caractéristiques essentielles de la pensée négative répétitive étaient un prédicteur significatif de la restriction cognitive chez les végétaliens. Le fait de se sentir positif par rapport à une alimentation saine prédisait une restriction cognitive chez les végétariens. Les problèmes associés à une alimentation saine et un sentiment positif à l’égard d’une alimentation saine prédisaient une restriction cognitive chez les personnes suivant un régime omnivore. La connaissance des prédicteurs de la restriction cognitive peut servir d’objectif d’intervention psychologique ou de psychoéducation chez les personnes ayant des habitudes alimentaires variées.