Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > The impact of plant-based dietary patterns on cancer-related outcomes: a rapid review and meta-analysis

The impact of plant-based dietary patterns on cancer-related outcomes: a rapid review and meta-analysis

L'impact des régimes alimentaires à base de plantes sur les conséquences liées au cancer : une revue rapide et une méta-analyse

Molina-Montes E, Salamanca-Fernández E, Garcia-Villanova B, Sánchez MJ. The Impact of Plant-Based Dietary Patterns on Cancer-Related Outcomes: A Rapid Review and Meta-Analysis. Nutrients. 2020;12(7):E2010. Published 2020 Jul 6. doi:10.3390/nu12072010

Traduction du résumé

Les survivants du cancer sur le long terme représentent une part considérable de la population. Les aliments à base de plantes peuvent améliorer la prévention des conséquences du cancer chez ces patients. Notre objectif était de synthétiser les données actuelles concernant l’impact des régimes alimentaires à base de plantes (RABP) sur les conséquences liées au cancer dans la population générale et chez les survivants du cancer. Les critères étudiés comprennent la mortalité globale par cancer, la mortalité par cancer spécifique et la récurrence du cancer. Un examen rapide a été effectué, au cours duquel 2234 articles originaux liés au sujet ont été identifiés via Pubmed/Medline. Nous avons sélectionné 26 articles qui ont été classés par rapport au RABP et aux conséquences du cancer au pré-diagnostic : régime végétalien/végétarien (N = 5), régime provégétarien (N = 2), régime méditerranéen (N = 13), et études considérant les mêmes éléments au post-diagnostic (N = 6). Les estimations groupées des associations entre les RABP susmentionnés et les différentes conséquences du cancer ont été obtenues en appliquant une méta-analyse des effets aléatoires. Les quelques études disponibles sur le régime végétarien n’ont pas permis d’étayer son potentiel de prévention contre la mortalité globale par cancer par rapport à un régime non végétarien (par exemple, rapport de risque (RR) mis en commun = 0,97 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % : 0,88-1,06). Le nombre insuffisant d’études évaluant les scores d’indice provégétarien par rapport à la mortalité par cancer n’a pas permis une évaluation complète de cette association. L’association entre l’adhésion au régime méditerranéen et la mortalité par cancer a atteint une signification statistique (p. ex. RR mis en commun = 0,84 ; IC à 95 % : 0,79-0,89). Cependant, aucune étude n’a pris en compte l’influence des facteurs de pronostic sur les associations. En revanche, les études post-diagnostic ont pris en compte les facteurs de pronostic lors de l’évaluation du potentiel de chimioprévention des RABP, mais n’ont pas non plus été concluantes en raison du nombre limité d’études portant sur des régimes alimentaires à base de plantes bien définis. Par conséquent, il convient d’étudier plus avant si les régimes alimentaires à base de plantes avant ou après un diagnostic de cancer permettent de prévenir les effets négatifs liés au cancer, afin de définir des lignes directrices en matière d’alimentation pour les survivants du cancer.