Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > Urine metabolite profiles and nutrient intake based on 4-day weighed food diary in habitual vegans, vegetarians, and omnivores

Urine metabolite profiles and nutrient intake based on 4-day weighed food diary in habitual vegans, vegetarians, and omnivores

Profils de métabolites urinaires et apports en nutriments basés sur un journal alimentaire de 4 jours chez les végétaliens, végétariens et omnivores réguliers

Lindqvist HM, Rådjursöga M, Torstensson T, Jansson L, Ellegård L, Winkvist A. Urine Metabolite Profiles and Nutrient Intake Based on 4-Day Weighed Food Diary in Habitual Vegans, Vegetarians, and Omnivores [published online ahead of print, 2020 Feb 11]. J Nutr. 2020;nxaa019. doi:10.1093/jn/nxaa019

Traduction du résumé

Contexte

L’intérêt croissant pour les régimes alimentaires excluant la viande et les autres produits d’origine animale souligne l’importance de méthodes objectives et fiables pour mesurer l’exposition alimentaire, évaluer les associations et les liens de causalité entre le régime alimentaire et la santé et quantifier les apports en nutriments dans les différents régimes.

Objectifs

Cette étude visait à déterminer si l’analyse par RMN des échantillons d’urine peut servir de méthode objective pour discriminer les régimes végétaliens, végétariens avec ou sans poisson et omnivores. Un objectif secondaire était d’évaluer l’influence de l’apport en nutriments alimentaires sur les résultats de la métabolomique.

Méthodes

Des personnes en bonne santé (43 hommes et 75 femmes, âgés de 19 à 57 ans) suivant un régime végétalien au quotidien (n = 42), végétarien (n = 25), végétarien + poisson (n = 13) ou omnivore (n = 38) ont été inscrites. Des données ont été recueillies sur le phénotype clinique et le mode de vie, y compris un journal alimentaire de quatre jours basé sur le poids des aliments. L’urine a été analysée pour ses métabolites par spectroscopie RMN et les données ont été normalisées en utilisant la normalisation probabiliste du quotient et l’échelle de Pareto avant l’analyse multivariée. Avant les projections orthogonales sur les structures latentes avec analyse discriminante, les participants ont été assignés comme consommateurs de viande ou non (végétaliens et végétariens), végétaliens ou non (omnivores, végétariens et végétariens + poisson).

Résultats

Les principaux résultats ont montré qu’il était possible de discriminer les consommateurs de viande et les autres (91% correctement classés), mais la discrimination entre les végétaliens et les non-végétaliens était moins rigoureuse (75% correctement classés). Les résultats secondaires ont montré que l’apport déclaré de protéines était plus élevé chez les omnivores, et les graisses saturées plus faibles et les fibres plus élevées chez les végétaliens, par rapport aux autres groupes. Les métabolites discriminants étaient principalement liés à des différences dans l’apport en protéines.

Conclusions

La métabolomique des urines par RMN semble appropriée pour identifier et prédire objectivement la consommation habituelle de viande chez les individus en bonne santé, mais les résultats doivent être interprétés avec prudence car non seulement les groupes d’aliments mais aussi des aliments spécifiques contribuent aux modèles. Cet essai a été enregistré sur clinicaltrials.gov sous le numéro NCT02039609.