Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > Veganism, aging and longevity: new insight into old concepts

Veganism, aging and longevity: new insight into old concepts

Véganisme, vieillissement et longévité : un nouvel éclairage sur les anciens concepts

Norman K, Klaus S. Veganism, aging and longevity: new insight into old concepts. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2020;23(2):145-150. doi:10.1097/MCO.0000000000000625

Traduction du résumé

Objet de l'étude

Les régimes alimentaires à base de plantes sont associés à une meilleure santé et à une plus grande longévité. Le végétalisme est une forme stricte de végétarisme qui fait l’objet d’une attention croissante ces dernières années. Cette revue se concentrera sur les études portant sur la mortalité et la durée de vie des végétaliens et des végétariens et examinera les possibles mécanismes d’amélioration de la longévité.

Résultats récents

Les études sur les végétaliens sont encore limitées. Les études épidémiologiques montrent régulièrement des taux de maladie plus faibles, comme une incidence moindre du cancer et des maladies cardiovasculaires, mais les taux de mortalité sont comparables à ceux des végétariens et des mangeurs occasionnels de viande. Les raisons invoqués pour suivre un régime végétalien strict diffèrent, ce qui peut affecter la qualité de l’alimentation et donc la santé et la durée de vie. De nouvelles connaissances sur certaines caractéristiques du végétalisme, comme la restriction des protéines ou la restriction de certains acides aminés (leucine ou méthionine), montrent que le végétalisme peut potentiellement prolonger la vie. Le végétalisme améliore la résistance à l’insuline et la dyslipidémie et les anomalies associées. Le microbiote intestinal en tant que médiateur de l’impact de l’alimentation sur le métabolisme de l’hôte est plus diversifié chez les végétaliens et pourrait être un facteur de promotion de la santé. Les régimes végétaliens ne répondent pas aux besoins des enfants, des femmes enceintes ou des personnes âgées qui doivent recevoir des compléments alimentaires adéquats.

Résumé

Il existe des preuves substantielles que les régimes alimentaires à base de plantes sont associés à une meilleure santé, mais pas nécessairement à des taux de mortalité plus faibles. Les mécanismes exacts de l’amélioration de la santé par les régimes végétaliens ne sont pas encore tout à fait clairs, mais ils sont très probablement multifactoriels. Les raisons et la qualité du régime végétalien doivent être évaluées dans les études de longévité.