Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > Vegetarianism and veganism compared with mental health and cognitive outcomes: a systematic review and meta-analysis

Vegetarianism and veganism compared with mental health and cognitive outcomes: a systematic review and meta-analysis

Santé mentale et résultats cognitifs selon le régime alimentaire végétarien ou végétalien: une revue systématique et une méta-analyse

Iguacel I, Huybrechts I, Moreno LA, Michels N. Vegetarianism and veganism compared with mental health and cognitive outcomes: a systematic review and meta-analysis. Nutr Rev. 2020

Traduction du résumé

Contexte

Les régimes végétariens et végétaliens gagnent en popularité. Bien qu’ils aient des effets bénéfiques sur la santé, ils peuvent également entraîner des carences nutritionnelles. Les troubles cognitifs et les troubles de la santé mentale représentent une lourde charge économique.

Objectif

Une méta-analyse a été réalisée pour examiner la relation entre les régimes végétaliens ou végétariens et la santé cognitive et mentale.

Sources de données

Les bases de données PubMed, Scopus, ScienceDirect et Proquest ont été examinées de leurs lancements à juillet 2018.

Sélection des études

Des études observationnelles ou interventionnelles sur les régimes végétaliens / végétariens chez les humains ont été sélectionnées indépendamment par 2 auteurs.

Extraction des données

Les moyennes brutes et les écarts-types ont été utilisés comme résultats continus, tandis que le nombre d’événements a été utilisé comme résultats catégoriels.

Résultats

Sur 1249 publications identifiées, 13 ont été incluses, avec 17 809 individus au total. Aucune association significative n’a été trouvée entre l’alimentation et le score de dépression continue, le stress, le bien-être ou les troubles cognitifs. Les végétaliens / végétariens présentaient un risque accru de dépression (rapport de cotes = 2,142; IC 95%, 1,105-4,148) et avaient des scores d’anxiété plus faibles (différence moyenne = -0,847; IC 95%, -1,677 à -0,018). L’hétérogénéité était grande, les analyses de sous-groupes ont donc montré de nombreuses différences.

Conclusions

Les régimes végétaliens ou végétariens étaient liés à un risque plus élevé de dépression et à des scores d’anxiété plus faibles, mais aucune différence n’a été trouvée pour les autres résultats. Les analyses d’anxiété en sous-groupes ont montré un risque d’anxiété plus élevé, principalement chez les participants de moins de 26 ans et dans les études de meilleure qualité. Davantage d’études avec une meilleure qualité globale sont nécessaires pour établir clairement des associations positives ou négatives.