Accueil > Positions scientifiques > Actualité de la recherche > Will the plant-based movement redefine physicians’ understanding of chronic disease?

Will the plant-based movement redefine physicians’ understanding of chronic disease?

Le mouvement en faveur de l'alimentation végétale va-t-il redéfinir la compréhension qu'ont les médecins des maladies chroniques ?

Storz MA. Will the plant-based movement redefine physicians’ understanding of chronic disease? New Bioeth. 2020;1-17. doi:10.1080/20502877.2020.1767921

Traduction du résumé

Le monde fait face à une augmentation catastrophique du nombre de personnes atteintes de maladies chroniques. Les maladies chroniques sont en progression dans le monde entier et les stratégies de traitement pour contrer cette évolution sont dominées par le contrôle des symptômes et la polypharmacie. Ainsi, les maladies chroniques sont souvent considérées comme irréversibles, ce qui implique une progression lente de la maladie qui ne peut être que ralentie mais pas arrêtée. Le mouvement actuel en faveur d’une alimentation végétale tente de modifier cette façon de penser. En appliquant une approche de nutrition d’abord, le but ultime est soit la rémission soit l’inversion de la maladie. Des questions éthiques se posent alors quant à savoir si la compréhension actuelle des médecins sur les maladies chroniques est dépassée et moralement répréhensible. Dans ce cas, les médecins peuvent avoir besoin de recommander des régimes alimentaires à base de plantes à chaque patient souffrant de maladies chroniques, tout en déterminant quels autres facteurs socio-écologiques et aspects environnementaux jouent un rôle dans le processus de la maladie chronique. Cet article donne un aperçu des charactéristiques d’une alimentation végétale et des maladies chroniques et examine comment le mouvement en faveur de l’alimentation végétale pourrait redéfinir la compréhension actuelle des maladies chroniques. Les justifications éthiques de la recommandation d’un régime alimentaire à base de plantes sont analysées. L’article conclut que le fait de ne pas préconiser une alimentation à base de plantes est contraire à l’éthique et nuit à la planète et aux patients.